ESA: pour une définition des conduites à tenir en cas de menace d'impact d'astéroïde

Comment réagir à une menace d'impact d'astéroïde ? L'atelier du Groupe de planification et de conduite opérationnelle des missions (MPOG) réunit des astronautes et des chercheurs en science spatiale. Il s'agit de la dernière en date d'une série de rencontres organisées en vue du rapport qui doit être soumis au Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique de l'ONU. Des astronautes de la NASA y participeront de même que des représentants des principales agences spatiales, de la Secure World Foundation et de l'Association des Explorateurs de l'espace. 



"Cette série d'ateliers est axée sur les plans et les recommandations concernant la coordination mondiale et la conduite à tenir au cas où l'on découvrirait qu'un astéroïde ou un autre objet céleste risque d'entrer en collision avec la Terre" indique Detlef Koschny de l'ESA, coordinateur des ateliers.

Les trois jours de réunion se dérouleront sous l'égide de l'ESA au Centre européen d'Opérations spatiales à Darmstadt.

Scénarios plausibles en matière d'impact d'astéroïde:

Les participants examineront les données et résultats les plus récents issus des recherches conduites de par le monde dans le domaine des astéroïdes et géocroiseurs. Ils seront informés des activités du Comité de coordination inter-agences sur les débris spatiaux ainsi que du Programme préparatoire de surveillance de l'espace de l'ESA. Ils examineront également deux scénarios d'impact théoriques mais plausibles et les analyseront en détail pour établir quelle serait la meilleure stratégie à mettre en œuvre dans un tel cas.

Outre de hauts responsables de l'ESA, de la NASA, de l'Agence spatiale russe Roskosmos et de nombreuses autres agences spatiales nationales figureront au
nombre des participants:

- Rusty Schweickart, astronaute d'Apollo 9 et Chef du Comité de l'ESA sur les NEO


- Thomas Jones, astronaute de la NASA ayant participé à 4 missions de la Navette et conduisant depuis longtemps des recherches sur les impacts d'astéroïde


- Brian Weeden, Conseiller technique à la Secure World Foundation, chercheur spécialiste des débris spatiaux, des collisions et des politiques spatiales connexes


- Sergio Camacho, chercheur en science spatiale, ancien Directeur du Bureau des affaires spatiales de l'ONU maintenant Secrétaire général du Centre régional pour l'enseignement des sciences et technologies spatiales pour l'Amérique latine et les Caraïbes


Cet atelier permettra de définir le planning des futurs travaux et études du Groupe qui seront ultérieurement fusionnés avec les conclusions d'autres experts pour les besoins du rapport final devant être remis au Comité de l'ONU. Ce rapport contiendra des recommandations sur la conduite à tenir en cas de menace d'impact.


Dans le cadre du Programme préparatoire de surveillance de l'espace de l'ESA, l'Europe est en
d'acquérir la capacité d'observer des objets et phénomènes naturels susceptibles d'endommager des en trainsatellitesorbite ou des installations basées au sol.


Source: ESA

Des signes de spéciation chez un moustique

Deux études portant sur le génome d'un moustique vecteur du paludisme indiquent que le flux de gènes entre les populations de cet insecte sont plus limitées que ce que l'on pensait, ce qui conduit à des différences génomiques entre elles et, potentiellement, à l'apparition de nouvelles espèces.

Cette recherche peut contribuer aux programmes de contrôle des populations de moustique pour mieux suivre toute changement de comportement qu'ils peuvent induire auprès de certaines parties d'entre elles. Dans une des études, Mara Lawniczak, de l'Imperial College London, et ses collègues en Europe et aux États-Unis ont séquencé les génomes de deux formes dites "M" et "S" de A. gambiae qui se comportent différemment et sont en train de se séparer en deux espèces.


Dans l'autre étude, Daniel Neafsey, du Broad Institute à Cambridge, MA, et ses collègues en Europe, Afrique et aux États-Unis ont déterminé avec des puces à ADN à la résolution du nucléotide les différences génétiques entre des représentants de l'espèce
A. gambiae. Ils ont observé une différenciation entre les populations et trouvé des marques de changements sélectifs au sein des populations grâce auxquels certaines formes favorables de gènes se répandent relativement vite parmi les individus.
Source: Science, AAAS & EurekAlert

Une matrice d’imagerie infrarouge de résolution thermique voisine du millième de kelvin

Le CEA-Leti vient de mettre au point une matrice d’imagerie infrarouge particulièrement sensible, proche du millième de kelvin, détectant dans la bande de longueur d’ondes de 8 à 10 µm. Cette haute sensibilité a été atteinte grâce au couplage d’une matrice de détection et d’un circuit de lecture spécifique, et à la conversion numérique des données obtenues. 



Les recherches menées dans le cadre du laboratoire commun DEFIR (CEA, Sofradir, DGA, Onera) ont permis la mise au point d’une matrice à imagerie infrarouge innovante par sa haute sensibilité, de 1 à 2 mK, soit un gain d’un facteur 10 à 20 par rapport à ce qui est habituellement accessible pour des conditions d’observation identiques avec des composants conventionnels. La caméra infrarouge devient alors beaucoup plus sensible aux écarts de
température entre deux points ce qui permet d’obtenir une meilleure résolution et ainsi une meilleure qualité d’image.
Ces recherches ont consisté à coupler une matrice de détecteurs infrarouge réalisée en HgCdTe (1) de 320x256 pixels tous les 25 µm à un circuit de lecture spécifique, réalisé en filière CMOS (2) 0,18 µm. Ce circuit, conçu par le CEA-Leti, comporte une conversion numérique au niveau de chaque pixel de détection, soit tous les 25 µm. On peut ainsi atteindre une charge stockée de 3 Giga électrons. Cette matrice est refroidie à 77 K (3) afin de réduire de manière significative les bruits dus à son fonctionnement. L’assemblage de ces deux technologies a permis de restituer une image avec une résolution thermique encore jamais atteinte à ce jour, de 1 à 2 mK pour une image observée à température ambiante et à une cadence classique de 25-50 Hz.

Ces résultats, qui se situent au meilleur niveau international, ont été présentés par le CEA-Leti à la conférence Internationale
Defense, Security and Sensing qui s’est tenue à Orlando du 5 au 9 avril 2010, puis dans le cadre d’une communication invitée, lors de la conférence Internationale SPIE Security and Defense à Toulouse du 20 au 23 septembre dernier.

La technologie de détecteurs infrarouge à base de HgCdTe développée par le CEA-Leti est en production industrielle chez SOFRADIR, sous licence exclusive du CEA.

Source et illustration: CEA
Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...