Eaux profondes et anciennes vues de l'espace

Le lac Malawi est au cœur de cette image prise par le satellite Envisat. Il s’agit du plus méridional des grands lacs de la Vallée du Grand Rift, impressionnant système de failles qui prend naissance au bord de la Mer Rouge et s’étire à travers l’Afrique de l’Est.



Egalement connu sous le nom de lac Nyassa, le lac Malawi est le troisième plus grand lac d’Afrique. Il recouvre un cinquième du territoire du Malawi (qui s’étend le long des rives ouest et sud du lac) et forme une frontière naturelle avec la Tanzanie (en haut à droite) et le Mozambique (en bas à droite). L’essentiel des terres visibles à gauche appartiennent à la Zambie.

Faisant partie de la petite vingtaine de lacs les plus anciens de la Terre, le lac Malawi est également très profond (jusqu’à 750 m). Ces eaux isolées ont offert depuis fort longtemps et de manière ininterrompue un cadre au développement de centaines d’espèces endémiques de poissons dont beaucoup font aujourd’hui le bonheur des aquariophiles.

Le Parc National du Lac Malawi (à la pointe sud du lac) a été porté à la liste des sites du Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco en 1984, son importance pour l’étude de l’évolution des espèces étant considérée comparable à celle des fringillidés des îles Galápagos.

Cette image a été prise par la camera MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat le 12 octobre 2010, avec une résolution au sol de 300 m.
Source et illustration: ESA

Walkman cassette: le début de la fin d’un produit emblématique

Le groupe japonais Sony annonce arrêter la vente du walkman à cassette au Japon. Produit emblématique de plusieurs générations, les derniers appareils seront vendus avec l’épuisement des derniers stocks. Fabriqué en Chine, le walkman à cassette restera néanmoins commercialisé à l’étranger, mais pour encore combien de temps ?

Le walkman cassette de Sony ne sera désormais plus commercialisé au Japon.

Finalement, le numérique aura eu raison de l’innovation analogique portatif de Sony, après tout de même 31 ans et 220 millions d’appareils vendus dans le monde. Il fut peu à peu remplacé par le Discman, puis le Mini-Disc et surtout les lecteurs MP3. Et c’est finalement à l’heure où les téléphones portables font de plus en plus office de lecteurs MP3 que le début de la fin du walkman à cassette a sonné. 
Illustration: Sony

Un cadeau de l’ère glaciaire vu de l'espace

Montagnes, glaciers et champs de glaces de l’Alaska méridionale et de la Colombie Britannique, au Canada, sont au menu de cette image prise par le satellite Envisat.



Le climat et la topographie de cette région au cours de ces 12,5 derniers millions d’années ont été favorables aux glaciers. Au cours de l’ère glaciaire une vaste calotte de glace recouvrait la région. Quand la température est devenue plus clémente, une période interglaciaire s’en est suivie.

Les montagnes côtières et le climat maritime de cette région en font un site idéal pour la glaciation, si bien qu’on y trouve aujourd’hui des glaciers parmi les plus spectaculaires et les plus longs de la
planète.

Le glacier Hubbard (en bas au centre) est le plus grand glacier côtier d’Amérique du
Nord. Il trouve son origine dans le Yukon canadien et traverse la frontière avec l’Alaska pour aboutir à l’océan dans Disenchantment Bay, à l’embouchure de la baie de Yakutat.

En forme de pancake, le glacier de Malaspina se situe à l’Ouest de la Baie de Yakutat. Sa forme particulière est due à des glaciers venus de vallées pentues se déversant dans une plaine relativement plate où ils s’étalent. Ce type de glacier est dit "de piémont".


Couvrant près de 4 000 km2, le glacier de Malaspina est le plus grand glacier de piémont au monde. Il est tellement grand qu’on ne peut le voir dans son entier que depuis l’espace. A l’ouest du Malaspina se trouve le plus grand et le plus long des glaciers nord-américains, le glacier de Béring, qui couvre 5 200 km2 et s’étire sur plus de 200 km de long.


Les monts Chugach, qui contiennent la plus grande concentration de glaces de l’Etat, s’étirent le long de la côte au-dessus des glaciers de Malsapina et de Béring. Quand il fait chaud, de l’air humide en provenance du Pacifique se heurte aux températures plus froides de cette chaine, entrainant les plus spectaculaires chutes de neige d’Alaska.


La majorité des zones enneigées à gauche du glacier Hubbard appartiennent au Parc national Wrangell-St. Elias. Le Parc National de Kluane, qui abrite les plus grands champs de glace non polaires, est immédiatement au-dessus du glacier.


La tache blanche la plus à l’Est sur la côte est le Parc de Glacier Bay. Niché entre Kluan et Glacier Bay se trouve le Parc de Tatshenshini-Alsek, qui abrite un magnifique réseau de rivières.

Source et illustration: ESA

Les caténaires des trains pour transporter de l'électricité d'origine renouvelable

Le gouvernement fédéral allemand étudie la possibilité d'utiliser et d'agrandir le réseau d'alimentation de la Deutsche Bahn (équivalent allemand de la SNCF) pour transporter l'électricité produite par des éoliennes. Une commission interdisciplinaire étudie actuellement différentes solutions. Un porte-parole de Peter Ramsauer, Ministre fédéral des transports, a annoncé que ce pourrait être un projet tout à fait adapté pour maîtriser les problèmes d'acheminement de l'énergie éolienne, fluctuante. Rüdiger Grube, PDG de la Deutsche Bahn, s'est dit ouvert à de telles propositions.

Parc éolien.
Le Gouvernement fédéral a annoncé pour fin 2011 un plan de développement du réseau électrique pour l'horizon 2020. La construction de lignes à haute tension est pour l'instant très inférieure aux prévisions, notamment en raison d'un nombre croissant d'initiatives citoyennes contre ces projets. C'est pourquoi est étudiée la possibilité de surélever certaines lignes surplombant les voies ferrées à une hauteur de 15 mètres, pour libérer de l'espace et installer de nouveaux câbles à courant continu d'une capacité maximale de 500 kV.

La Fédération allemande des industries de l'énergie et de l'
eau (BDEW) estime les investissements nécessaires pour le développement des réseaux électriques d'ici 2020 à 40 milliards d'euros. D'après un papier interne de la Deutsche Bahn, la mise à niveau des voies électriques du réseau ferré devrait être réalisable pour un coût d'environ 2,5 milliards d'euros.
 
Source: BE Allemagne numéro 501 (21/10/2010) - Ambassade de France en Allemagne / 
Illustration: Techno-Science.net

Top départ pour l'Institut Européen du Lymphome (ELI)

L'Institut Européen du Lymphome est né. Il réunit les meilleurs spécialistes européens du lymphome. Ce cancer hétérogène est en plein développement et une meilleure connaissance permettrait d'augmenter considérablement l'espérance de vie des patients. La création de l'Institut Européen du Lymphome s'appuie sur l'efficacité du modèle de recherche clinique de transfert mis en oeuvre à Lyon par les acteurs du GELA (Groupe d'Etude des Lymphomes de l'Adulte) et le GELARC (GELA-recherche clinique) et dont les avancées ont une notoriété mondiale. Il est financé à hauteur de 450 000 € par le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes (CLARA). Ce soutien décisif s'inscrit dans la stratégie du CLARA de constituer une masse critique élevée de compétences cliniques et académiques pour favoriser une recherche de transfert efficace et contribuer à une visibilité internationale.

Pourquoi le lymphome ?

Les lymphomes, également connus sous le nom de cancer des ganglions, sont des cancers qui se développent à partir des lymphocytes, cellules contribuant à notre défense immunitaire. Au 6éme rang des types de cancer en Europe et aux USA, le lymphome connaît actuellement un développement important, environ 12 000 nouveaux cas en France chaque année. Il touche toutes les classes d'âge et présente une hétérogénéité de formes dont beaucoup ne sont pas encore classifiées. Chaque forme de lymphome nécessite une stratégie thérapeutique qui lui est propre, d'où l'importance de poser un diagnostic approprié. La connaissance des types de lymphomes et la précision du diagnostic qui en découle ont une incidence directe sur le taux de guérison qui varie de 20% pour certains types rares et difficiles à traiter à 90% pour les lymphomes les plus fréquents. L'amélioration de ces connaissances a souvent eu pour origine des équipes lyonnaises.

Lyon, une notoriété historique et mondiale dans la recherche sur le lymphome

Le service d'hématologie clinique du Centre Hospitalier Lyon-Sud (UMR5239) est à l'origine des compétences lyonnaises sur le lymphome. En 1984, s'est constitué, à Lyon, le Groupe d'Etude des Lymphomes de l'Adulte (GELA). Il s'est enrichi en 2000 de sa propre structure de recherche clinique, le GELA-RC. Ce dernier emploie 75 salariés à forte qualification et a un potentiel de développement important. Les différents intervenants à cette équipe ont permis de nombreuses avancées sur le lymphome. Ils ont acquis une reconnaissance unique et une notoriété mondiale. Ils sont aujourd'hui impliqués dans les efforts internationaux pour standardiser le traitement des lymphomes et organisent régulièrement des conférences internationales.

Accélérer l'amélioration des connaissances sur le lymphome et ouvrir le champ des stratégies thérapeutiques, telles sont les missions que poursuivra le groupe d'étude lyonnais, en synergie avec les meilleurs spécialistes européens.


Une structure de dimension européenne, un double intérêt

Le 30 juin dernier, marquait la réalité de l'Institut Européen du Lymphome et l'engagement des 7 groupes académiques* européens, spécialistes du lymphome, à travailler dans le cadre de l'institut, à la définition d'une stratégie et de standards thérapeutiques communs et à la conduite d'études cliniques. Particulièrement impliqués dans le projet, ces spécialistes voient dans le positionnement européen de l'Institut un double intérêt, directement lié à la nature hétérogène du lymphome et au déficit de connaissance sur cette pathologie. L'élargissement significatif de la cohorte des patients permettra d'une part, de réaliser des études plus représentatives, d'autre part, d'entreprendre de nouvelles études cliniques sur les lymphomes rares, qui aujourd'hui sont exclus du champ de la recherche clinique, en raison d'une masse critique insuffisante au niveau national. Enfin, cette mise en commun des compétences et des ressources au niveau européen sous-tend également la volonté de favoriser l'harmonisation des législations des états membres en matière d'essais cliniques.

Un modèle de recherche innovant en lien avec l'hôpital et l'industrie

L'Institut Européen du Lymphome s'est largement inspiré du modèle organisationnel GELA/GELA-RC qui a fait ses preuves, à savoir un groupe d'experts scientifiques de premier plan et une structure opérationnelle d'essais cliniques dédiée. Ses ressources financières proviennent du secteur public (Institut National du Cancer), d'associations et de l'industrie pharmaceutique. Unique en Europe, ce modèle est reconnu comme étant l'un des plus efficaces. L'Institut Européen du Lymphome proposera un modèle de recherche en lien avec l'hôpital, l'industrie pharmaceutique et le patient, qui intègre pleinement le partenariat public-privé. Par ailleurs, l'Institut assumera des missions d'information et de formation à destination de ses publics respectifs (association, patients, praticiens...).

Le Cancéropôle CLARA acteur mobilisé en faveur d'ELI

Fidèle à son action de coordination des compétences inter-régionales de la recherche en cancérologie et de leur mutualisation autour de programmes opérationnels, le Cancéropôle CLARA est moteur de l'Institut Européen du Lymphome. En accordant à sa création un soutien financier de 450 000 €, le CLARA témoigne d'une double volonté:

- ancrer un modèle de recherche qui permet d'accélérer le transfert des découvertes de laboratoire et les applications médicales au lit du patient et qui associe acteurs des mondes clinique, académique et industriel,


- contribuer au rayonnement international de la recherche en cancérologie de l'inter-région.


D'ici 2013, un bâtiment abritera l'ensemble des acteurs locaux du lymphome. Chaque
pays membre de l'Institut conservera la localisation territoriale de sa structure de recherche clinique dont les axes de travail seront définis par le groupe européen d'experts académiques.

Le budget de fonctionnement est estimé à environ 500 000 € en
phase de démarrage et la construction de la structure d'hébergement de l'ensemble des acteurs synergiques, notamment le Gelarc et le Gela, est de 8 M€.
Le Cancéropôle CLARA alloue un soutien décisif de 450 000 €.


Source:
Communiqué ELI/CLARA
Illustration:
National Cancer Institute/Traduction: Chtit draco
Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...