Décès du mathématicien Benoit Mandelbrot

Benoit Mandelbrot est décédé jeudi dans le Massachussets aux Etats-Unis. Il est notamment connu pour ses travaux sur l'étude des fractales qui sont des images géométriques élaborées. Ces images sont calculées mathématiquement et répondent à des règles très précises (voir sur le sujet notre dossier http://www.techno-science.net/?onglet=a ... article=34)

Ensemble de Mandelbrot - Illustration Wikimedia/Creative Commons.

D'origine polonaise il est diplômé de l'Ecole Polytechnique où il a suivi les cours de Paul Lévy sur les probabilités. Traversant l'Atlantique il a fait l'essentiel de ses recherches au sein du groupe IBM notamment dans le traitement du signal. En 1973 il écrit un article « Formes nouvelles du hasard et des sciences » où il appuie sur le bien-fondé d'étudier les fluctuations aléatoires et critique le manque d'intérêt des chercheurs pour ces fluctuations au détriment de moyennes prises sur un plus long terme.

Benoit Mandelbrot s'est intéressé à des applications dans des domaines très différents. Ainsi il a écrit plusieurs livres sur la finance et l'économie. 

http://www.techno-science.net

Antarctique: un lieu d'extrêmes pour l'astronomie


Antarctique: un lieu d'extrêmes pour l'astronomie
envoyé par AstrophysiqueTV. - Vidéos des dernières découvertes scientifiques.

Biotechnologies : la conformité avant tout


Biotechnologies : la conformité avant tout (Huningue)
envoyé par Abdelwahab. - Vidéos des dernières découvertes technologiques.

Réviser le bac : la physique-chimie


Réviser le bac : la physique-chimie
envoyé par L_Etudiant. - Cours, soirées et beaucoup d'autres vidéos de la vie étudiante.

Baladeurs en Sciences Physiques


Baladeurs en Sciences Physiques
envoyé par Abdelwahab. - Vidéos des dernières découvertes technologiques.

E=mc², la formule la plus célèbre de la physique


E=mc2
envoyé par universcienceTV. - Regardez plus de vidéos de science.

Découverte d'une autre planète habitable

L'identification auriculaire pourrait-elle remplacer la reconnaissance vocale, digitale ou faciale ?

Des chercheurs de l'université de Southampton (Royaume-Uni) viennent de présenter, lors de la conférence "Theory, Applications and Systems", quatrième conférence internationale de l'IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) sur la biométrie qui s'est tenue à Washington DC, une méthode capable de reconnaître les structures des oreilles. Il s'agit de numériser les structures de l'oreille et de développer de nouveaux algorithmes capables de la reconnaître.


Les trois chercheurs (Mark Nixon, John Carter et Alastair Cummings) affirment que cette méthode pourrait être plus fiable que certains dispositifs déjà mis en place. En effet, si la reconnaissance faciale échoue parfois avec les signes de vieillesse, l'oreille quant à elle, est un organe qui n'évolue pas avec l'âge. Sa taille évolue avec le temps, mais sa structure reste la même.

Baptisée Image Ray Transform, cette solution utilise des rayons de lumière pour analyser le pavillon de l'oreille, son helix (partie entourant le pavillon) ainsi que le conduit auditif, afin d'identifier la personne. L'équipe a effectué des tests sur 250 personnes. La réussite a été de 99,6% car 249 personnes ont pu être identifiées.


Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Illustration: Wikipedia/Covalent

Pourquoi les tests de questions-réponses nous aident à nous souvenir des choses

Les quiz ne nous renseignent pas seulement sur la qualité de nos souvenirs mais nous aident en fait à nous les rappeler. L'une des raisons essentielle pour cela semble que nous nous donnons plus d'indices lorsque nous sommes testés que lorsque nous ne faisons qu'étudier.


Dans leur article paru dans Science, Mary Pyc et Katherine Rawson, de la Kent State University dans l'Ohio, ont baptisé des indices mentaux des "mediateurs" et les définissent comme des mots, des phrases ou des concepts qui lient un indice à la "cible" dont nous cherchons à nous rappeler. Elles ont fait l'hypothèse que les médiateurs utilisés pendant les quizz ont plus de chance d'être gardés en mémoire que ceux qui nous servent lors de nos études.

Pour vérifier cela, elles ont présenté à plus de 100 étudiants 48 paires de mots en swahili et en anglais tels que "wingu-cloud". Au début, les étudiants devaient faire appel à des médiateurs ressemblant par l'aspect ou la prononciation au mot étranger et qui étaient sémantiquement relié à la cible anglaise. Pour "wingu-cloud" par exemple, "wing" peut être un médiateur. Les étudiants qui avaient dû répondre à un test à mi-chemin de cette mémorisation ont mieux réussi leur test final que les autres. Et au cours de ce premier test, le fait de demander aux étudiants de se rappeler leurs propres médiateurs a encore amélioré leurs performances.

Source: Science, AAAS & EurekALert
Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...