Dictionnaire Scientifique Anglais_Francais

Dictionnaire Scientifique Anglais_Français
 
 
Télécharger

Annales de dermatologie

Annales de dermatologie
 

Télécharger

600 km sans recharge: le plus long trajet parcouru par un véhicule électrique

Dans le cadre d'un projet de démonstration financé par le Ministère fédéral de l'économie et de la technologie (BMWi), un véhicule électrique adapté par l'entreprise DBM Energy a parcouru dans la nuit du 25 au 26 octobre la distance de 600 km sans recharge, établissant ainsi un nouveau record mondial. L'Audi A2 a relié Munich à Berlin en 7 heures environ, sans arrêt, par des températures proches de 0°C.



Le véhicule était équipé d'une nouvelle batterie de forte puissance à base de Lithium-métal-polymère, développée par DBM Energy, et d'un système intelligent de gestion de la batterie. La voiture dispose, tout comme un véhicule conventionnel, de 4 places assises et d'un coffre, et est équipée d'accessoires tels que la
climatisation, une radio, etc. Cette technologie de batterie est utilisée depuis un an dans le domaine de la logistique, et a apporté entière satisfaction.


Rainer Brüderle, Ministre fédéral de l'économie et de la technologie, s'est exprimé en ces termes: "Toutes mes félicitations à l'entreprise technologique DBM Energy ! Notre soutien financier à ce projet a porté ses fruits. Le record de distance établi vient démontrer que parcourir 600 km avec un véhicule électrique ne relève pas de l'utopie. Aucune voiture au monde n'avait à ce jour réalisé une telle performance. La technologie de batterie développée en Allemagne a le potentiel de mener notre pays à une position de leader sur le marché de l'électromobilité. Il s'agit maintenant d'amener cette technologie de batterie à haute efficacité vers une production de série en Allemagne, et de la rendre disponible pour un emploi à grande échelle dans des véhicules électriques."
Source: BE Allemagne numéro 502 (29/10/2010) - Ambassade de France en Allemagne / 

Les feuilles absorbent plus de composés volatiles que prévu

Les arbres à feuilles caduques sont d'une efficacité surprenante pour absorber certaines substances organiques volatiles de l'atmosphère rapportent des chercheurs dans une étude qui pourrait avoir de sérieuses implications dans la modélisation climatique.



Les plantes sont à la fois un puits et une source de ce type de composés, ou COV, qui se retrouvent dans l'atmosphère lorsque la matière végétale se décompose. Les COV peuvent alors y être oxydés, menant à la formation d'aerosols et modulant la capacité d'oxydation de l'air, ce qui est à l'origine de rétroactions climatiques importantes. Les modèles traitent généralement l' absorption et la dégradation des COV comme des gaz biogéniques déjà étudiés tels que l'ozone, les considérant donc comme peu réactifs.

Une combinaison de modélisation et d'expériences de laboratoire a permis à Thomas Karl, du
National Center for Atmospheric Research à Boulder dans le Colorado, et ses coauteurs de suggérer que les COV peuvent en fait réagir avec des enzymes foliaires et être ainsi prélevés de l'atmosphère. Ce qui laisse penser que les plantes pourraient en fait absorber plus de COV dans les régions polluées que ce que l'on pensait, notamment sous les tropiques.
Source: Science, AAAS & EurekAlert
Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...