Un composant recycle la chaleur des systèmes électroniques

Le matériau piézo (PZT) est recouvert d’un film de nanotubes de carbone (CNF).


On dirait un chewing-gum trop cuit, mais il s’agit peut-être d’une vraie révolution : un composant capable de récupérer et recycler l’énergie dépensée par les systèmes électroniques. Conçu par l’équipe de Long Que, chercheur en ingénierie électrique de la Louisiana Tech University (Ruston, Etat de Louisiane), le dispositif se compose d’un levier en matériau piézoélectrique (c’est-à-dire capable de convertir une tension mécanique en tension électrique ; PZT sur la figure ci-contre) recouvert d’un film de nanotubes de carbone (CNF dans le schéma). 



L’absorption de chaleur par le film force le levier à se tordre cycliquement… et à émettre ainsi du courant. Lequel est récupéré par des électrodes de nickel puis réinvesti dans le dispositif électronique émetteur de chaleur. Et ainsi de suite… De quoi violer les principes de la thermodynamique, qui interdisent en pratique les cycles perpétuels ? Long Que n’y prétend certes pas. Mais il offre au moins de quoi limiter la consommation d’énergie, prolongeant ainsi l’autonomie. Mieux : le capteur piézo peut également capter et convertir la lumière. Il extrait du coup de l’énergie de l’environnement. Assez, estime le chercheur, pour rendre totalement autonomes de petits systèmes électroniques : microcapteurs, dispositifs biomédicaux, microrelais de télécoms… A suivre avec beaucoup d’attention.

compréhension de la méningite du nouveau-né à streptocoque du groupe B

Une avancée majeure dans la compréhension de la méningite du nouveau-né à streptocoque du groupe B.

Des chercheurs de l’Institut Cochin, de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, de l’AP-HP et de l’Université Paris Descartes ont identifié une protéine présente à la
surface du «streptocoque du groupe B" qui lui permet de coloniser et de franchir les barrières de l’hôte, notamment la barrière hémato-encéphalique qui sépare le sang du cerveau. La bactérie peut ainsi engendrer la forme la plus grave de l’infection chez le nouveau-né, la méningite. Ces travaux, mis en ligne en édition avancée, seront publiés dans la revue "Journal of Experimental Medicine" le 25 octobre 2010.



Le streptocoque du groupe B (Streptococcus agalactiae), bactérie normalement présente dans la flore microbienne intestinale des adultes, est la principale cause de méningite chez le nouveau-né. Cette maladie grave est la conséquence du franchissement des barrières intestinale et hémato-encéphalique par cette bactérie. Les barrières intestinale et hémato-encéphalique protègent l’hôte contre la dissémination microbienne dans le sang et le cerveau.

Des études épidémiologiques conduites par le Centre National de Référence des Streptocoques (Hôpital Cochin (AP-HP) et Institut Pasteur) ont montré qu'un clone de streptocoque du groupe B, dénommé ST-17, était responsable de la majorité des

infections néonatales et de la quasi-totalité des cas de méningites.

Les équipes dirigées par Claire Poyart (Institut Cochin, Université Paris Descartes, Inserm, AP-HP), Marc Lecuit (Institut Pasteur, Inserm, Université Paris Descartes) et Patrick Trieu-Cuot (Institut Pasteur), ont permis d’élucider les bases moléculaires de l'hypervirulence du clone ST-17, et ainsi de découvrir ce qui lui permet d’être un
pathogène redoutable chez le nouveau-né.

Par des approches complémentaires, notamment en reproduisant expérimentalement l’infection néonatale humaine, ils ont démontré qu'une protéine de surface spécifique du clone ST17, dénommée HvgA, était responsable de l’hypervirulence de ce clone. Cette protéine permet en effet au streptocoque d'adhérer in vitro aux cellules constituant les barrières intestinale et hématoencéphalique. De plus, les chercheurs ont démontré que la protéine HvgA promeut la colonisation intestinale, le franchissement de la barrière intestinale et de la barrière hémato-encéphalique dans les modèles animaux développés pour cette étude.


"Ces résultats apportent la première explication moléculaire rendant compte des capacités du streptocoque du groupe B à induire des méningites chez le nouveauné" expliquent les auteurs.


La découverte de cette protéine et de son rôle crucial au cours de l’infection pourrait avoir des implications majeures dans la mise au point de nouveaux outils diagnostiques. Cette protéine pourrait aussi constituer une cible vaccinale pour la prévention des méningites à streptocoque du groupe B.


Contacts chercheurs:
Claire Poyart, Institut Cochin, claire.poyart@cch.aphp.fr
Marc Lecuit, Institut Pasteur, marc.lecuit@pasteur.fr


Source: Université Paris Descartes

Une première fusée roumaine lancée avec succès

L'Association roumaine d'Aéronautique et d'astronautique (ARCA) a annoncé que la première fusée spatiale roumaine, Helen 2, a été lancée avec succès. L'engin a décollé le samedi 2 octobre d'un navire militaire roumain, stationné sur la mer Noire.
 
Helen 2 a été mise en orbite grâce à un ballon à air chaud. Durant la première phase, l'ascension du ballon a entrainée la fusée pendant 40 minutes, jusqu'à une altitude de 14.000 mètres ; la vitesse maximale atteinte par le ballon a été de 120 km/heure. Durant la deuxième phase, le moteur de la fusée a démarré, et a fonctionné pendant 30 secondes, plaçant la fusée en orbite à une altitude de 40 000 mètres. C'est la première fois qu'une fusée 100% roumaine atteint cette altitude.

L'ARCA est satisfaite de cette réalisation pour plusieurs raisons: D'une part, les ingénieurs n'ont pas voulu louer un lanceur comme beaucoup d'autres équipes, mais ils en ont construit un eux-mêmes. D'autre part, le moteur de la fusée, qui démarre dans la deuxième phase de la mise sur orbite, est complètement écologique, car il fonctionne à l'
eau oxygénée.


L'ARCA, une association privée à but non lucratif, est inscrite à la compétition Google Lunar X Prize, qui a pour but d'envoyer sur la Lune, via des entrepreneurs privés, un vol non habité. Le gagnant remportera un prix de 30 millions de dollars, et la mission doit être réalisée avant 2015.

L'ARCA prépare maintenant le lancement d'une autre fusée, plus importante, qui s'appelle HAAS, et qui sera lancée à partir de l'océan Atlantique.


Source: BE Roumanie numéro 11 (11/10/2010) - Ambassade de France en Roumanie / 

Le vent souffle moins fort dans l’hémisphère Nord

Une première étude d’envergure de l’évolution des vents dans l’hémisphère Nord est publiée par des chercheurs du LSCE [1] (CEA-CNRS-UVSQ) et du CEPMMT [2]. L’analyse poussée des enregistrements de plus de 800 stations de mesures du vent indique une baisse de la vitesse du vent de l’ordre de 10% en moyenne depuis trois décennies, dans plusieurs régions du globe: aux Etats Unis, en Chine, en Australie et dans quelques pays d’Europe. Cette étude a été publiée en ligne par Nature Geoscience le 18 octobre 2010.

Cette étude, menée au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, en collaboration avec le Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen terme (CEPMMT — ECMWF
[3] en anglais) constitue une première de par l’ampleur de l’analyse. Jusqu’à présent la qualité souvent insuffisante et l’hétérogénéité des observations du vent effectuées à partir d’anémomètres [4] n’avaient pas permis une étude à l’échelle globale de son évolution à long terme.

Distibution des tendances du vent en surface de 1979 à 2008 en (m/s/décade).
L’augmentation ou la diminution de la vitesse relevée des vents est indiquée par une couleur
(vers le rouge pour l’augmentation, vers le bleu pour la diminution de la vitesse du vent).
 
Ici, les chercheurs ont mené une analyse statistique approfondie des enregistrements de plus de 800 stations de mesure du vent depuis 1979, à une altitude inférieure à 10 mètres au dessus du niveau du sol. L’analyse des tendances révèle un phénomène majeur: le vent a décliné sur la plupart des régions des latitudes tempérées des surfaces terrestres de l’hémisphère nord (voir la figure ci-dessous), une baisse de l’ordre de 10% en moyenne. L’étude révèle aussi que sur l’Asie, ce sont les vents modérés à forts qui ont décliné le plus rapidement.

L’étude tente également de comprendre la raison de ce déclin. En utilisant des simulations numériques effectuées au CEPMMT et au LSCE, des observations satellitaires et des radio-sondages
[5], les auteurs montrent que cette baisse du vent peut s’expliquer par des changements dans la circulation générale de l’atmosphère depuis 30 ans, et surtout par l’augmentation de la végétation: les vagues de reforestation, par exemple en Sibérie, ont augmenté ce que les chercheurs appellent la "rugosité" du sol, c’est-à-dire la capacité des éléments de la surface du sol à freiner les vents.
Source et illustration: CEA

Gliese 581g: la première planète extrasolaire habitable ? Pas si sûr...

Un groupe d’astronomes américains a déclaré fin septembre avoir découvert la première planète extrasolaire potentiellement habitable. Cette planète, baptisée Gliese 581 g et orbitant autour de l’étoile Gliese 581, se situerait en effet en plein dans la zone d’habitabilité de son étoile. Une découverte aujourd’hui remise en cause.

L’étoile Gliese 581, qui nous est distante de 20.5 années-lumière, est connue pour abriter plusieurs exoplanètes. Il s’agit d’une naine rouge de
type spectral M3V. Ce type d'étoile possède une masse bien plus faible que celle du Soleil (un tiers dans le cas de Gliese 581), provoquant un taux de fusion de son hydrogène plus faible à l'intérieur de son noyau. En conséquence, la luminosité totale de Gliese 581 n'est que de 1,3 % de celle du Soleil.

La zone d'habitabilité en fonction de la taille de l'étoile
 
Le système planétaire de Gliese 581 serait ainsi constitué de 6 planètes (dont 4 officiellement confirmées), Gliese 581 g étant la dernière en date découverte et restant à confirmer. La particularité de cette dernière est d’être située, selon les calculs des astronomes américains, en plein dans la zone d’habitabilité de l’étoile. Avec une masse d'environ 3.1 à 4.3 masses terrestres et un rayon de 1.2 à 1.5 fois celui de la Terre, Gliese 581 g deviendrait ainsi l'exoplanète possédant la plus haute probabilité d'abriter des formes de vie telles que nous le concevons.

Effectuant une révolution en 37 jours, la planète se situerait à une distance de 0.146 UA de son étoile (soit un peu moins d’1/7 de la distance Terre-Soleil, mais rappelons que l’étoile est une naine rouge bien moins lumineuse). Rocheuse, elle possèderait une température
moyenne de -12°C à -31ºC, et présenterait la possibilité de retenir une atmosphère.

Si la découverte est confirmée, Gliese 581 g pourrait présenter toujours la même face à son étoile, comme la Lune vis-à-vis de la Terre. Si tel est le cas, alors une forte différence de température existerait entre le coté
jour et le coté nuit, et d’importantes perturbations climatiques seraient constamment en œuvre. De quoi restreindre l’environnement propice à la vie à une petite surface de la planète.

Mais là où les doutes se font de plus en plus forts, c’est en l’existence même de cette planète. Des astronomes européens habitués à étudier l’étoile Gliese 581 viennent en effet de déclarer ne pas avoir pu confirmer la découverte de l’équipe américaine, et cela malgré des données de meilleures qualités que celles utilisées par leurs homologues.

Illustration: Wikipédia
Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...