Le tour de taille plutôt que l’indice de masse corporel pour prédire les risques cardiovasculaires

ne nouvelle étude publiée par des chercheurs américains et australiens dans « International Journal of Obesity » suggère que le tour de taille est la meilleure évaluation clinique pour prédire le risque futur pour les enfants de souffrir de maladies cardiovasculaires et de diabète. Les résultats indiquent que des enfants avec un tour de taille situé parmi celui d’individus situés dans les 25% supérieurs de leur catégorie âge et de sexe, ont 5 à 6 fois plus de risques de développer des anomalies métaboliques dans leur vie d’adultes que les enfants avec un tour de taille situé dans les 25% inférieurs.
Cette étude est une des premières à utiliser ce genre de mesure pour prédire les risques de maladies cardiovasculaires sur le long terme. La plupart des précédentes études qui se sont intéressées à la question ont utilisé l’indice de masse corporelle (IMC) ou encore le ratio entre la taille et le poids pour mesurer l’obésité infantile. Bien que l’IMC soit utile dans certains cas, cette valeur n’indique pas directement la présence de graisse, ni sa localisation.

Dans ce travail, les scientifiques ont collecté les données concernant le suivi pendant 20 ans de 2188 australiens ayant participé à l’enquête nationale sur la santé de l’enfance en 1985. Les participants de cette enquête avaient entre 7 et 15 ans à l’époque et, une fois adultes, ces derniers ont subi entre 2004 et 2006 une batterie d’examens pour définir leur santé et leur forme générale. Par contraste avec l’IMC, la mesure du tour de taille indique la présence éventuelle de graisse localisée à un endroit où des études précédentes ont montré qu’elle était particulièrement en rapport avec des risques cardio-métaboliques futurs.

Auteur de l’article: Pierre-Alain Rubbo

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...