L'IRM pour une analyse microscopique plus en profondeur

Si l'imagerie par résonance magnétique nucléaire ou IRM nous est familière en tant qu'instrument médical pour explorer l'intérieur de notre organisme, des chercheurs ont montré qu'elle pouvait aussi servir à étudier les écoulements microscopiques de fluides dans les "laboratoires sur puce".

Cette technique devrait ainsi permettre d'améliorer la mise au point de ce type de dispositifs pour qu'ils puissent, par exemple, être incorporés dans des tests médicaux portatifs capables de donner les résultats sur le terrain ou dans des réacteurs de synthèse chimique encore plus petits.

L'IRM détecte l'énergie des
atomes d'hydrogène dans l'eau lorsqu'ils reprennent leur alignement après avoir été ébranlés par une impulsion radio. En principe, elle devrait bien se prêter à l'étude des écoulements dynamiques dans les canaux de microfluidique. Ces canaux sont toutefois réunis en larges ensembles et les bobines d'IRM assez grandes pour les sonder perdent beaucoup de la sensibilité requise pour donner une image précise de ce qui se passe dans chacun d'entre eux.

Vikram Bajaj, du
Lawrence Berkeley National Laboratory et de l'Université de Californie à Berkeley, et ses collègues présentent une approche où les spins des molécules de fluide sur une puce reçoivent un marquage spectral par une bobine de taille normale puis sont analysées à l'aide d'une autre plus petite et plus sensible au travers de laquelle passe le fluide après avoir quitté la puce. Cette technique précisent les auteurs, pourrait aussi servir à fournir des images de fluides traversant des matériels poreux ou les plus petits vaisseaux sanguins.
Source: Science, AAAS & EurekAlert Illustration: Science, Bajaj et al.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...