Un nouveau super vaccin contre la tuberculose

Un nouveau vaccin conte la tuberculose renforce l'efficacité d'un vaccin effectué dans l'enfance et protège contre les souches bactériennes multirésistantes responsables de la maladie, un problème croissant dans le monde, selon une nouvelle étude chez l'animal. Ce vaccin est maintenant prêt à être développé pour des tests cliniques chez l'homme et pourra, en cas de succès, aider à protéger les populations contre les souches de plus en plus nombreuses résistantes aux antibiotiques qui sont pour beaucoup un problème urgent de santé publique à l'échelle du globe.
 L'efficacité du vaccin BCG pratiqué chez l'enfant s'atténue avec le temps et ne protège plus de la tuberculose après quelques décennies. Sylvie Bertholet, de l' Infectious Disease Research Institute à Seattle, et ses collègues présentent un vaccin fait en combinant des protéines de Mycobacterium tuberculosis et montrent qu'il stimule fortement la protection du vaccin administré dans l'enfance, apportant de surcroît une protection contre les souches résistantes aux antibiotiques. 
 
Le vaccin consiste en quatre protéines fusionnées en une seule. Chacune d'elle a été choisie pour sa capacité à protéger de la tuberculose dans des modèles expérimentaux de la maladie. Combiner des protéines est important dans un vaccin car il existe de nombreuses souches différentes responsables de la tuberculose et une seule protéine ne serait pas efficace contre toutes à la fois. De plus, aucun être humain n'est identique, chacun répondant différemment contre les protéines individuelles. Une combinaison de protéines semblable à celles qui existent dans les bactéries naturelles de la tuberculose augmente ainsi les chances d'efficacité d'un vaccin.
 
Les chercheurs ont testé leur nouveau vaccin chez la souris, le cobaye, et le singe et trouvé que le vaccin aux quatre protéines déclenchait une réponse immunitaire décisive chez les animaux. Par exemple, chez les souris qui avaient inhalé de l'air contaminé par des souches bactériennes, le vaccin les a protégées de l'infection qui en découlait, même en présence d'une souche résistante à plusieurs antibiotiques. Pour mimer la faible protection souvent observée chez les gens, les auteurs ont aussi injecté aux cobayes le BCG. Quelques mois après, le vaccin aux quatre protéines a protégé les animaux contre l'infection, dopant ainsi avec succès l'immunité due au vaccin avec BCG.
Source: Science Translational Medicine ,  AAAS & EurekALert Illustration: Wikipedia

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...