Un test pour Alzheimer

Des marqueurs biologiques présents dans le liquide céphalo-rachidien permettent de prédire la maladie d'Alzheimer plusieurs années à l’avance.


La maladie d’Alzheimer est une affection neurodégénérative qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions cérébrales. Elle affecte généralement les personnes de plus de 65 ans et s'accompagne d'une panoplie de symptômes très pénibles. En Europe plus de cinq millions d’individus en souffrent et ce nombre devrait doubler dans les 20 ans. A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitements susceptibles de la soigner mais certains médicaments peuvent freiner son évolution.

Malheureusement, il n’existe pas non plus d’examens permettant d’affirmer la réalité de la maladie, seule l’étude anatomo-pathologique du cerveau après le décès conduit à un diagnostic définitif. Les médecins s’appuient donc sur un faisceau d’indices pour la dépister. Cette situation conduit souvent à des retards dans la prise en charge puisque le diagnostic dépend de l’efficience du médecin.

Une situation qui pourrait prochainement changer avec la découverte, par une équipe Belge, de trois biomarqueurs de la maladie dans le liquide céphalo-rachidien. Le compte-rendu de l’étude est publié dans l'American Medical Association's Archives of Neurology. Les chercheurs ont analysé des données concernant plus de 400 personnes : 114 ayant des fonctions cognitives normales, 200 avec des déficits cognitifs légers et 102 atteintes de la maladie d'Alzheimer. La signature de la maladie d'Alzheimer a été retrouvée chez plus de 90 pour cent des personnes atteintes, chez  72 pour cent des personnes atteintes de déficience cognitive légère et chez 36 pour cent de ceux qui ont un état cognitif normal.

« Les résultats ont été validés sur deux autres ensembles de données », écrivent les auteurs. « Dans une étude comprenant 68 autopsies  de malades confirmés, 64 des 68 patients (94 pour cent de sensibilité) ont été diagnostiqués correctement grâce aux marqueurs. Dans un autre ensemble de données avec des patients (n = 57) ayant une déficience cognitive légère suivis pendant cinq ans, le modèle a montré une sensibilité de 100 pour cent chez les patients évoluant vers la maladie d'Alzheimer. »

Les résultats suggèrent que cette signature peut permettre de diagnostiquer la maladie avec un haut degré de précision. « La présence inattendue de la signature la maladie d'Alzheimer dans plus d'un tiers des sujets avec un état cognitif normal suggère que cette pathologie est active et détectable plus tôt que prévu , concluent les auteurs.

J.I.
Sciencesetavenir.fr

11/08/2010

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Contact

Votre Email*
Votre Questions*
Livré parForm Builder

Boutons Social

Loading...